22 ans à l’Institut Curie

Voilà maintenant 22 ans que « Le Regard du Clown »(1) intervient à l’Institut Curie, dans le département d’oncologie pédiatrique, avec la confiance de l’ensemble du personnel de ce service. Les clowns sont présents tous les mardis après-midi(2) en duo et jouent dans les différents espaces : l’hôpital de jour, les couloirs,  les salles de jeu, de soins, de classe et les chambres, secteur protégé compris. Notre limonaire (ou orgue de barbarie) qui nous accompagne, par sa musique, signale de loin notre présence, et introduit un petit air de fête jusqu’à parfois former une parade à travers tout le service.

Les clowns jouent pour et avec les enfants, mais aussi pour et avec leurs familles et le personnel soignant. Nous ne venons pas pour faire un numéro préparé à l’avance, même si chacun d’entre nous a ses petites spécialités (chant, musique, magie, jonglage, marionnettes…), nous venons pour jouer en improvisation, en tenant compte de l’état physique et moral de l’enfant, mais aussi de sa famille. Nous cherchons à vivre pleinement l’instant présent, en empathie avec l’entourage saisissant le moindre évènement pour en faire une occasion de jeu.

 Notre clown, personnage naïf et sensible, riche d’intuitions et de réparties désarmantes, apporte par son langage, par sa façon de se mouvoir, par ses maladresses ou ses gaffes astucieuses, de la légèreté, de la détente, et au bout du compte bien souvent provoque le rire. Nous devons nous adapter en permanence à la situation présente, passer du jeu avec un enfant de 3-4 ans à celui d’un adolescent de 12 ans rivé sur sa tablette ou avec une maman portant dans ses bras un tout petit bébé.  Il arrive qu’un enfant fatigué ne veuille à priori pas nous voir et nous condamne à rester sur le pas de la porte. Nous jouons alors avec cet interdit transformant le passage de la porte comme une entrée en scène ratée qu’il faut répéter. Et bien souvent cela éveille son intérêt et pendant un moment la fatigue s’est dissipée.

 Les infirmières (ou infirmiers) n’hésitent pas à nous demander de l’aide lors d’un soin que craint l’enfant comme par exemple la pose de la perfusion ou le pansement du cathéter. Notre rôle consiste alors à distraire le jeune patient du geste redouté afin que le soin se déroule dans le calme et en complète sécurité.

Les propos chaleureux de la part des parents ou grands-parents ou même du personnel soignant, nous confortent sur la justesse de notre présence mais le retour le plus gratifiant c’est celui du rire ou du sourire(3) de l’enfant que nous emportons avec nous.

                                                       Le Regard du Clown      Jacques Ronayette

(1) L’équipe actuelle du « Regard du clown » se compose de Valérie (Seccotine), Selina (Joséphine), Eric (Jeanjean) et .Jacques (Trampo).

(2) En principe nous venons 35 fois par an hors vacances scolaires. Cette année 2020 pendant le confinement nous avons proposé à tous, familles et personnel soignant, des petites vidéos clownesques pour tenter de palier à notre absence.

(3) Parole d’un enfant E… : « arrêtez de me faire rire, ça me fait mal au dos » et de nous expliquer que son rire est à l’intérieur, derrière son sourire (sous le rire). Ce jour-là nous avons reçu une leçon d’éthymologie d’un grand-maitre de 7 ans.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *